Accéder au contenu principal

Les marques tangibles de leur "grandissement"

Mes enfants grandissent. 

Bien sûr dit comme ça ça parait idiot, évidemment qu'ils grandissent tous les jours, millimètre par millimètre. Mais certaines fois il y a des marques visibles de leur "grandissement" (eh ouais, un nouveau mot !).
Des étapes qu'ils franchissent, soit en douceur, soit à corps et à cris, selon les moments, les difficultés, les personnalités aussi.

Et à chaque fois ça me saisit, ça m'épate. Ça me bouleverse un peu aussi, de voir mes amours avancer, et aller chaque fois un peu plus vers l'autonomie... Bon on n'est pas encore à ce qu'ils quittent le nid (quoique ça moins peur quand on lit un beau texte comme celui-ci) mais quand même, je n'ai plus de bébé, mais deux enfants encore petits bien sûr, mais qui font leur bout de chemin sûrement.
enfants qui grandissent passages étapes réveil seul
C'est plus un bébé c'est sûr !

Et donc cette marque tangible c'est quoi ?

Lutin a toujours été du genre chafouin au réveil : autant dans la journée il est plutôt souriant, bonne pâte, autant le matin, ou à la sortie de la sieste, il se réveillait toujours en hurlant et pestait et boudait  pendant de longues minutes avant de retrouver sa bonne humeur habituelle.
Et j'avoue que j'ai toujours trouvé ça rude ! Me faire réveiller par des hurlements et un bébé qui ne veut pas se calmer pendant 10 mn, ça m'énervait au plus haut point, et pouvait me foutre en rogne pour un bon moment ! Quelle horrible façon de commencer la journée... 

Mais depuis quelques semaines, je trouvais qu'il faisait des progrès, qu'il gémissait toujours mais hurlait moins. C'était déjà très appréciable comme différence.

Et puis ce matin cette nuit j'ai senti un petit machin grimper sur notre lit, sans bruit. C'était Lutin qui nous rejoignait peinard, sans avoir rien dit, à tâtons dans le noir. Bon il a mis une bonne heure à se rendormir, et ça a nécessité un aller-retour dans son lit puis re-dans le nôtre, mais quand même.
J'étais épatée de cette performance, et du changement radical par rapport au mois précédent à peine. 

Qu'importe si ça dure (bon en vrai j'aimerais vraiment que ça dure, et encore mieux, qu'il dorme d'une traite et dans son lit !), j'ai l'impression qu'il a franchi un cap, celui de ne plus forcément devoir nous appeler pour quitter son lit, et surtout de ne plus hurler pour le faire.
On l'a félicité ce matin, et il nous a redit tout fier "pas pleuré moi cette nuit!".

Mon Lutin, mon lapin chéri qui grandit...
Je suis fière de toi et de ta sœur, et j'espère observer vos avancées pendant de looongues années encore.

Commentaires