Accéder au contenu principal

Sommeil des enfants, fatigue des parents...

Mes enfants n'ont jamais été de gros dormeurs. Jamais de sieste de plus d'une heure et demie, les grasses matinées c'est 8h20... a priori le sommeil c'est pas trop leur truc.

Pour Pomme ça roule maintenant depuis un bon moment, elle ne fait plus forcément de sieste tous les jours (mais encore souvent) mais elle s'endort vite le soir, et se réveille le lendemain matin, à l'instant précis où son père pose un orteil dans le couloir (au grand désarroi dudit père !) 
Parce que oui, ce ne sont pas de gros dormeurs, mais ils ont en plus le sommeil léger de leur mère ! Désolée les enfants j'espère que je vous ai laissé des trucs plus sympas.

sommeil des enfants, fatigue des parents enfant qui dort peu
Le rêve de tout parent, un enfant qui dort. (C'est pas le mien)

Donc pour Pomme c'est OK. Mais pour Lutin...
J'ai allaité Lutin jusqu'à ses 9 mois environ, et je lui donnais encore (plusieurs) tétées la nuit jusqu'à ses 5 mois 1/2, quand un soir les "dames de la crèche" m'ont dit qu'elles avaient donné une tétine à Lutin, qui semblait avoir un fort besoin de succion. 

Ça m'a un peu surprise sur le coup, et agacée pendant 1/2 seconde, et puis je me suis dit que ces femmes avaient veillé à la perfection sur ma fille, sur mon fils maintenant et que je leur faisais toute confiance. (Je croyais que Lutin allait réussir à trouver son pouce dans ses premiers mois, il y était presque, mais finalement ce n'est jamais arrivé...)

Alors quand je suis sortie de la crèche ce soir là, je me suis dit que je tenterais le coup dans la nuit, j'avais vraiment envie que ces tétées nocturnes s'arrêtent ! Bingo, Lutin n'avait plus faim la nuit, mais il avait besoin de téter, la tétine a donc marqué une (petite) amélioration de mes nuits ; merci à elle !

Lutin a grandi, est passé de notre lit à un lit à barreaux, puis de son lit à barreaux à un lit de grand, un lit tipi au sol, dans lequel je pense il se sent bien. 

Et on en est là : Lutin a 2 ans 1/2 dans quelques jours et les nuits ben... c'est toujours pas ça. Enfin si, ça va mieux, il y a même des matins où je me dis que ça y est c'est bon c'est sûr et puis le matin d'après j'ai des cernes jusqu'au menton à cause des 3 ou 4 réveils de la nuit.

Déjà en ce moment (depuis deux mois quasiment) ce sont les couchers qui sont affreux problématiques. Jusque là c'était 2 histoires et au lit (oui je sais 2 histoires c'est beaucoup, c'est à cause de leur Papa trop sympa ça, c'est resté depuis toujours), on dort, impecc. 
Mais là il est rentré dans une phase "je-me-relève-autant-de-fois-que-je-veux-et-j'en-ai-rien-à-faire-de-ce-que-vous-me-dites!" ; phase que sa sœur avait déjà testé et approuvé au même âge, pendant une longue période qui avait fini par se calmer toute seule. 
Donc il se lève, 1 fois, 2 fois, 8 fois, 17 fois... et on met pause sur notre série autant de fois que nécessaire (pas facile de suivre un épisode parfois)
On a tout essayé, toutes les palettes de réactions possibles, parfois quasi simultanément (mmh...) mais rien n'y fait. C'est vraiment agaçant mais on sait que ça finira un jour donc bon, on patiente.
Et on met pause sur notre série pour gérer le loustic.

Mais ça encore, ça va. C'est rien. Ça impacte notre soirée, certes, bien méritée, certes, mais on ne dort pas nous à ce moment là. C'est après le problème ! 
Après en général le programme est le suivant : dans le pire des cas il crie vers 00h40 (impressionnante son horloge interne !) pour rien, ou pour une tétine égarée qui se trouve à 15 cm de lui. Il se recouche tranquillement après que je me sois déplacée, et puis une 1/2 heure plus tard il débarque à petit pas dans notre chambre : "Peux dormir dans lit Papa et Maman ?". Il grimpe, je le cale entre nous et me rendors (très) difficilement dans une nuit entrecoupée de coups de pieds, de mains, de couette qui s'en va, d'enfant collé à moi qui suis au bord du bord du lit... Et à 6h20 il s'assoit et dit "Veux me lever moi". Non Lutin, attends encore, c'est pas l'heure... Il se rendort gentiment (et moi?) jusqu'à 7h20 et là faut pas déconner c'est debout, biberon et que ça saute ! 

Dans le meilleur des cas c'est la même chose sauf qu'on saute les cris de 00h40 et qu'il vient directement dans notre lit.

Pffiou, ça me fatigue rien que de lire tout ça ! 

Au début du confinement, je me suis dit "bon, plus besoin d'aller à l'école/crèche/travail, on peut prendre le temps le matin donc on va essayer de régler cette affaire de sommeil avec Lutin ! Je veux qu'il dorme dans son lit, tant pis je me lèverai plusieurs fois si besoin pour le recoucher, il faut qu'il apprenne !" 

Haha. Naïve que je suis. J'ai tenu 3 jours, 3 nuits. Au matin du 4ème jour, exténuée, avec l'envie de tuer tout le monde et de passer ma journée à pleurer (oui je suis sensible au manque de sommeil...) j'ai abdiqué. Ok mon fils, vient autant de fois que tu voudras dans notre lit, dort avec nous tant pis, essaye juste de ne pas nous réveiller quand tu viens. S'il te plait. Pitié. Je t'implore à genoux ! 

Le joli réveil écureuil sensé aider l'enfant à rester dans son lit...

On en est là. Certaines nuits plutôt correctes et d'autres où à chaque petit réveil qu'il "m'inflige" (le Papa n'entend rien. Jamais. Je le déteste) je perds 1 heure à me rendormir... J'en ai marre... je veux dormir !!

Mais voilà c'est comme ça. Ça vient peut-être de nous (sûrement) mais que faire?
Lutin a 2 ans 1/2 dans quelques jours et ça commence à vraiment bien faire. J'en ai marre de répéter en boucle "Je suis fatiguée !", mais punaise c'est vrai que je suis structurellement fatiguée. Profondément.
Après le confinement je me dis que j'irais bien voir un pédopsy pour voir si il n'y a pas quelque chose à régler de ce côté...

En attendant patience. Et sieste quand c'est possible...

Et chez vous c'est comment?  Si vous avez des solutions miracles, et légales !, allez-y je suis preneuse...

Commentaires

  1. Alàlà... ça me ramène quelques années en arrière, tout ça.
    Ma Choupette aura 11 ans cette semaine, et mon Loupiot 9 ans cet été.
    Je me suis levée pendant 8 ans (oui, 8 ans), parfois plusieurs fois par nuit, parfois sans pouvoir me rendormir. Et pendant presque 18 mois pour les deux enfants à tour de rôle dans la même nuit.
    La chose positive, c'est qu'aujourd'hui, ils sont autonomes dans leur sommeil et dorment jusqu'à 9h00 ou 9h30 si on ne fait rien. Oui, tout arrive!
    Mais c'est long, très long, je compatis pleinement et de tout cœur. Il y a des nuits où vraiment on est à 2 doigts de les étrangler ou de les jeter par la fenêtre.
    J'ai mis des années à m'en remettre; encore aujourd'hui, dès qu'il me manque quelques heures tout devient compliqué.
    Ici aussi, l'Ours n'entendait rien, je me réveillais au moindre son de toute façon.
    Pour les solutions, je crois que c'est au cas par cas. On a essayé beaucoup de choses (forcément en 6 ans pour le Loupiot, on a eu le temps), de l'homéopathie à la psy, en passant par les menaces, les punitions, les récompenses, les câlins, la tendresse.
    A la fin, j'étais dans un tel état qu'on est allé supplier les médecins d'avoir des somnifères pour lui. Ils ont refusé; donc de mon propre chef, je lui ai donné de la phytothérapie qui fonctionne bien sur moi, qui m'apaise, avec une moindre dose évidemment. A la même période, on a envoyé sa sœur en vacances seule chez sa grand-mère pendant 1 semaine, et on l'a gardé lui avec nous. Il a pu profiter de nous pendant 1 semaine, et à compter de ce moment là, il a dormi et ne s'est plus jamais réveillé la nuit, à part quelques cas extrêmement rares et justifiés.
    Voilà, on ne saura jamais ce qui a vraiment marché tellement on a essayé de trucs à cette période là. Mais je crois qu'il avait viscéralement besoin qu'on s'occupe de lui et rien que de lui. (pourtant, j'avais déjà le sentiment de délaisser beaucoup sa sœur...).
    Je te souhaite plein de courage; je te souhaite de réussir à lâcher prise, mais je sais combien c'est difficile. La privation de sommeil est une torture, tu es toute légitime de "péter un câble" de temps en temps, ne culpabilise jamais pour ça.
    (pardon pour le roman...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce grand témoignage ! Je suis heureuse pour toi que ça se soit enfin apaisé, mais aussi anxieuse à l'idée que ça puisse être aussi long pour nous...
      8 ans mon dieu mais c'est énorme ! J'en suis à la moitié et j'espère vraiment que ça va se tasser, même si c'est impossible à prédire.
      Merci beaucoup du soutien en tout cas ! Je vais essayer de tout miser sur les siestes dès que possible...
      A bientôt

      Supprimer

Publier un commentaire